Fonds de couverture et gestion des risques des portefeuilles

Les participants du secteur des fonds de couverture n’ont pas toujours la même définition de la gestion des risques. Cela s’explique probablement par la nature dynamique des risques et les différents degrés d’importance ou d’intérêt que revêtent les facteurs de risque pour différentes parties.

Par exemple, on dit souvent que les gestionnaires de fonds de couverture tendent à avoir une vision très étroite ou granulaire des facteurs de risque dans leurs portefeuilles (en fonction de leurs positions), alors que les investisseurs ont une vision globale du portefeuille limitée aux flux de rendement ou aux principales positions. Chez Pavilion, nous scindons la gestion des risques en deux catégories : le risque de marché (qui devrait être récompensé par une performance proportionnelle à son ampleur) et le risque opérationnel, autre que de marché, qui ne peut avoir qu’une incidence négative sur le rendement du fonds et ne devrait pas être rétribué. Cet article porte essentiellement sur le premier type de risque.

Les pratiques de gestion des risques aident les gestionnaires à la fois à surveiller et à réduire les expositions de leurs fonds à des risques non justifiés, et à réduire les expositions à des risques de pertes. Historiquement, les fonds de couverture investissaient peu dans des systèmes de gestion des risques à part quelques feuilles de calcul peu élaborées et offraient peu de transparence concernant les stratégies, le risque et les perspectives du marché. Depuis la crise financière de 2008, le regard plus critique des autorités de réglementation et du public combiné à un renforcement des règles de conformité et de contrôle exercent une pression non négligeable sur les fonds de couverture pour qu’ils contrôlent le risque et soient plus transparents.

La réussite d’un processus de gestion des risques passe par la concentration sur l’importance:

    i) de l’établissement d’un cadre de gestion des risques adéquat;
    ii) la création de la fonction de gestion des risques et sa séparation des activités de négociation du portefeuille; et
    iii) l’investissement dans des systèmes de gestion des risques spécialisés (élaborés à l’interne ou obtenus de fournisseurs tiers) qui permettent à la société de surveiller adéquatement le portefeuille.

Une étude1 récente relevait que 84 % des fonds de couverture ont recours à des outils d’analyse standardisés pour une portion de leurs systèmes de gestion de portefeuille ou de négociation.

Le processus d’investissement en vérification diligente nécessite une compréhension approfondie de l’approche de la gestion des risques adoptée par le gestionnaire, des éléments reconnus comme les plus importants et de la manière dont le gestionnaire mesure ces composantes du risque. Cette structure de gestion des risques doit être accompagnée d’une fonction de surveillance efficace avec des liens hiérarchiques indépendants de ceux qui gèrent le portefeuille. La même étude2 notait que 79 % des sociétés séparent leurs fonctions de gestionnaire de risque de celles de gestionnaire de fonds pour assurer une supervision indépendante.

Les incitations du gestionnaire à mettre en œuvre de bonnes pratiques de gestion des risques dépendent d’un certain nombre de caractéristiques du fonds:

    1) Levier: Une part plus grande d’emprunts accroît l’exposition du fonds aux variations de valeur des actifs. Des pertes de valeur importantes peuvent déclencher des appels de marge des prêteurs et des encaissements par les investisseurs, qui peuvent tous deux obliger le gestionnaire à liquider à rabais le portefeuille. De plus, les créanciers peuvent exiger implicitement ou explicitement un niveau minimum de gestion des risques dans les ententes contractuelles ou les clauses restrictives. Par conséquent, les fonds qui emploient plus de levier ont tout intérêt à avoir une bonne gestion des risques.

    2) Taille du fonds: Le coût de la mise en place et de l’application de pratiques de gestion du risque diminue à mesure que la taille du fonds augmente.

    3) Alignement des intérêts: Les gestionnaires de fonds qui ont investi une part importante de leur valeur nette liquide dans leurs fonds éprouvent probablement plus d’aversion pour le risque et ont plus d’incitations à mettre en œuvre des pratiques de gestion des risques plus étendues pour mieux comprendre et surveiller les expositions aux risques.

    4) Réputation: Les gestionnaires de fonds établis ont une réputation précieuse à protéger. Par conséquent, ils ont plus à perdre, comme leur capacité d’exiger des honoraires plus élevés, de lancer de nouveaux fonds ou de conserver des investisseurs s’il se produit des changements importants de la valeur des actifs placés du fonds à cause d’expositions inattendues au risque.

La gestion des risques de portefeuille pour les fonds de couverture s’étend bien au-delà des outils traditionnels de gestion des risques tels que l’analyse basée sur la moyenne et la variance, le bêta et les diverses itérations de la valeur exposée au risque (VaR).

Lire l’article complet (PDF)


SOURCES:

1, 2 Risk Roadmap: Hedge Funds and Investors’ Evolving Approach to Risk, BNY Mellon, Aout 2012

INFORMATIONS GÉNÉRALES À FOURNIR: Ces informations s’adressent exclusivement aux investisseurs qualifiés ou avertis et ne sont communiquées qu’à des fins d’illustration. Les hypothèses, les données et les modèles utilisés pour établir les informations contenues dans les présentes proviennent de sources jugées fiables, mais rien ne saurait garantir la certitude ou la probabilité des résultats tels qu’ils ont été présentés. Ce document n’est pas une sollicitation ou une offre de parts d’un fonds ou d’autres valeurs mobilières ni ne constitue un conseil juridique, fiscal ou de placement et ne devrait pas être interprété comme tel. Tout conseil de placement serait donné conformément à une entente de gestion de placement écrite et les conseils fiscaux et juridiques devraient être donnés par des conseillers professionnels qualifiés appropriés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite d’aucune manière sans notre consentement préalable écrit. © 2016 Pavilion Advisory Group Inc.