Famille, finances et vieillissement

aging_banner

Il y a plus de 50 ans que le groupe rock britannique The Who a lancé sa fameuse chanson « My Generation ». En 1965, le refrain « j’espère mourir avant d’être vieux » ressemblait à un hymne à la rébellion de la jeunesse.

Aujourd’hui, en 2016, Roger Daltrey et Pete Townshend font ce qui sera probablement leur dernière tournée – à 72 et 70 ans, respectivement.

Vieillir est notre lot à tous, mais malheureusement nous n’en parlons pas. Pourtant, les données démographiques nous disent qu’être francs et sincères au sujet de ce qui se passe quand on vieillit est plus impératif que jamais. Cet article souligne la nécessité de discuter du processus de vieillissement et de ses effets sur nous, nos familles et nos finances.

Attention au manque de planification

Dans une discussion au sujet de la planification successorale, la vaste majorité des conversations tournent autour du testament. Si une famille a connu un certain succès financier, ces délibérations s’étendent parfois à la réduction de la ponction fiscale et à la structure de la succession. Alors que l’essentiel des discussions de planification successorale insiste sur les testaments et l’héritage, le cycle de vie fait souvent en sorte que beaucoup d’entre nous auront un jour besoin de l’aide de ceux-là mêmes que nous avons élevés.

Une foule de questions se posent à propos de la manière de s’occuper d’un parent qui vieillit : Où vivra cette personne ? Combien en coûtera-t-il pour prendre soin d’elle ? Qui l’aidera dans les tâches quotidiennes ? Élémentaires, ces questions deviennent plus complexes quand on pense aux difficultés de santé qui accompagnent la vieillesse.

[…] une étude de RBC en 2013 a constaté que le premier choix des baby-boomers est de rester dans leur maison aussi longtemps que possible.1

Tout comme pour le patrimoine familial, il faut investir dans une communication efficace au sujet du vieillissement pour limiter le stress pour soi-même ou pour les êtres chers et augmenter la probabilité d’atteindre les objectifs financiers de la famille.

Quatre sujets de discussion pour les familles

Si les questions de succession et d’incapacité peuvent être complexes, il y a quatre sujets qui, selon nous, valent la peine d’être débattus :

1.

      Mobilité – Dans notre culture nord-américaine axée sur l’automobile, la perte du permis de conduire peut avoir un effet psychologique dévastateur. Elle augmente aussi le stress pour l’entourage puisque les aînés deviennent alors plus dépendants d’autrui.

    • Comment vous et votre famille aborderez-vous la question ?
    • Quand vous ne conduirez plus, qui vous aidera dans vos activités quotidiennes et hebdomadaires comme faire les courses ou rendre visite à des amis ?
    • La perte d’une voiture contredira-t-elle la possibilité de continuer d’habiter dans votre maison et de conserver le mode de vie que vous souhaitez ? Si oui, où déménagerez-vous ?

2. Logement – Alors que les discussions entourant la retraite tournent souvent autour de la réduction des dépenses, une étude de RBC en 2013 a constaté que le premier choix des baby-boomers est de rester dans leur maison aussi longtemps que possible1. C’est peut-être un désir, mais l’humain est un être social et son bonheur est directement lié aux relations qu’il entretient avec les autres. Des études aux États-Unis indiquent que la transition pour sortir d’une maison individuelle et passer à un appartement autour de 80 ans pourrait améliorer le degré de satisfaction de la vie comparativement à un déménagement forcé à un âge plus avancé2. Par conséquent, il est important de communiquer avec la famille au sujet des objectifs de logement :

    • Combien de temps souhaitez-vous demeurer dans votre maison ?
    • Si vous y restez, qui s’occupera du ménage et de l’entretien de votre maison et de son extérieur ?
    • Si vous avez besoin d’aide pour vous déplacer dans votre maison et votre quartier ou village, qui vous aidera ?
    • Si c’est un membre de la famille qui remplit ces tâches, le paierez-vous comme vous le feriez pour un autre aide ?
    • Comment les membres de la famille communiqueront-ils pour pouvoir s’entraider et éviter les frictions entre frères et sœurs ? Que feront-ils si les choses deviennent trop difficiles ou s’ils ont besoin d’un répit ?
    • Si la famille veut embaucher quelqu’un pour vous aider chez vous, quelle partie de votre épargne seriez-vous disposé(e) à y consacrer ?
    • Qui décidera qu’il est temps que vous obteniez des soins plus professionnels ? Préféreriez-vous une résidence-service publique ou seriez-vous prêt(e) à payer pour des soins privés ?
    • À quelle distance habitez-vous de votre famille, comme des enfants, des petits-enfants, des frères et sœurs ? Êtes-vous prêt(e) à payer plus pour une résidence plus proche d’eux ?

3. Finances – La réduction de la capacité cognitive qui peut accompagner le vieillissement entraîne de nombreuses difficultés. Par exemple, un rapport du Bureau de l’Assemblée législative de l’Ontario a conclu que l’abus financier était le type le plus répandu de mauvais traitements infligés aux personnes âgées, représentant environ 62,5 % des cas3. La bonne nouvelle c’est que les aînés disent se sentir aujourd’hui plus capables de reconnaître les abus possibles et d’y réagir lorsqu’ils parlent de finances avec une ressource tierce comme un membre de la famille ou un conseiller de confiance4.

    • Qui vous aidera dans vos activités financières quotidiennes et mensuelles comme le paiement de factures ?
    • Comment communiquerez-vous des informations financières importantes à votre famille ou à une aide professionnelle, tout en protégeant vos informations financières ?

4. Qui informer – Communiquer avec vos enfants, votre conjoint et les aidants est un premier pas important, mais il y a d’autres personnes que vous devriez informer.

    • Avez-vous communiqué vos plans et souhaits concernant les soins personnels à un mandataire ? Si le mandataire n’est pas un membre de la famille ou un aidant, il doit connaître vos aspirations.
    • Vos conseillers juridiques, comptables et financiers savent-ils avec qui communiquer s’ils s’aperçoivent que vous êtes atteints d’une des difficultés qui surviennent avec l’âge?

En raison de la nature continue et évolutive des finances familiales, il n’est pas rare que les investisseurs rencontrent leurs conseillers au fil de l’année. Grâce à ces contacts réguliers, mais moins fréquents qu’une fois par mois, il est souvent plus facile pour les conseillers de déceler un changement dans le comportement ou les capacités d’un client qui vieillit. Mais si le conseiller n’entretient pas une relation avec les enfants ou aidants du client, il peut être difficile d’aider le client efficacement.

Les placements et la planification financière sont souvent évoqués par les familles aisées avec leurs conseillers, mais il est vital de déborder de ce cadre. Le vieillissement ne devrait pas être un sujet tabou que l’on aborde avec crainte et dans la détresse, mais devrait être le point culminant d’une vie longue et fructueuse. Commencer à parler avec la famille des questions de mobilité, de logement, de finances et des conseillers de confiance avant d’avoir besoin d’une aide immédiate aidera à réduire le stress pour chacun. Comme en toutes choses, la communication est la clé d’une famille épanouie.

 

 


Références :
1. Canadian boomers want to stay in their homes as they age (2013). CBCNews http://www.cbc.ca/news/business/canadian-boomers-want-to-stay-in-their-homes-as-they-age-1.2224171
2. Multifamily Housing Characteristics and Tenant Satisfaction: Russell N. James. Journal of Performance of Constructed Facilities, Volume 21, Numéro 6. Décembre 2007.
3. Elder Abuse Prevention Laws (Bureau de l’Assemblée législative de l’Ontario : Toronto, 1999) par le CDOP, Mauvais traitements et négligence à l’égard des personnes âgées : http://www.ohrc.on.ca/en/time-action-advancing-human-rights-older-ontarians/elder-abuse-neglect
4. Allianz Life Study Finds Third-Party Resources Underutilized in Identifying and Preventing Elder Financial Abuse. (2015) https://www.allianzlife.com/about/news-and-events/news-releases/preventing-elder-financial-abuse

INFORMATIONS GÉNÉRALES À FOURNIR: Ces informations s’adressent exclusivement aux investisseurs qualifiés ou avertis et ne sont communiquées qu’à des fins d’illustration. Les hypothèses, les données et les modèles utilisés pour établir les informations contenues dans les présentes proviennent de sources jugées fiables, mais rien ne saurait garantir la certitude ou la probabilité des résultats tels qu’ils ont été présentés. Ce document n’est pas une sollicitation ou une offre de parts d’un fonds ou d’autres valeurs mobilières ni ne constitue un conseil juridique, fiscal ou de placement et ne devrait pas être interprété comme tel. Tout conseil de placement serait donné conformément à une entente de gestion de placement écrite et les conseils fiscaux et juridiques devraient être donnés par des conseillers professionnels qualifiés appropriés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite d’aucune manière sans notre consentement préalable écrit. © 2016 Pavilion Advisory Group Inc.